Humidité et parquet

Parquet humide 

Connaissances de base

Quel que soit le type de parquet choisi et son mode de pose, il convient de respecter certaines règles afin de réunir les meilleures conditions pour réussir sa mise en œuvre.
Le bois est un matériau naturel et vivant, ses caractéristiques se modifient sous l'action des variations de température et d'hygrométrie, selon les saisons et le milieu dans lequel il est placé.

Les conseils qui sont donnés ci-dessous pour la pose d'un parquet dans un local d'habitation, bien qu'inspirés des normes et DTU, ne sont ni prescriptifs, ni normatifs.

Ils sont le fruit d'une l'expérience, mise au service de ceux qui l'utiliseront afin de contribuer à la bonne réalisation de leurs projets.

Les parquets sont destinés à être utilisés en milieu sec, classe de service 1, il n'est donc pas inutile d'en rappeler ici la définition :

- classe de service 1 (milieu sec) selon norme NF EN 13986 : Classe de service caractérisée par une teneur en humidité dans les matériaux qui correspond à une température de 20 °C et une humidité relative de l’air ambiant ne dépassant 65 % que quelques semaines par an.

Le parquet vous est livré aux normes, c'est à dire avec un % d'humidité entre 9 et 11 % selon que c'est un massif ou un contrecollé. Pour les bois extérieurs, comptez entre 18 et 20 %.

Les bois mal séchés n'existent plus (c'est extrêmement rare. La plupart du temps un parquet qui tuile ou ondule résulte d'un défaut de pose)

Le support de pose ne doit pas dépasser les 3 %. Veuillez mesurer en plusieurs points votre support avec un outil adapté.

Si les valeurs dépassent les 3 %, ne posez pas. Le bois absorbera l'humidité et tuilera. Identifiez la source de l'humidité et corrigez-la. Il existe des films techniques qui permettent une pose jusqu'à 10 % d'humidité sous certaines conditions.

Si vous posez en milieu maritime, la reprise d'humidité du bois sera plus importante. Faites une pose plus lâche, voire dans le cas de bois massifs de grandes largeurs avec des cales millimétriques.

Si le tuilage est concave, l'humidité vient du dessous.

Si le tuilage est convexe, l'humidité vient du dessus.

Exemple de pluie sur un parquet en cours de pose, planchettes...

Comment cerner le problème en cas de dommages ?

Bois mal séché :

dans le cas d'un bois mal séché, vous constaterez à la pose des différences d'ajustage, ou des impossibilités de faire coïncider les rainures et les languettes. La pose n'est pas possible. Mesurer le % d'humidité des lames et faire une moyenne. Elle ne devrait pas dépasser les 11 %.

Support trop humide :

au bout de quelques semaines, tuilage concave. Le bois a repris de l'humidité du support. Démonter quelques lames, mesurer immédiatement l'humidité du support, celle du dessous de la lame, celle du dessus de la lame. Répéter en plusieurs points et consolider les valeurs. Les valeurs du support et du dessous de la lame sont plus important que sur le dessus. Corriger les remontées du sol.

Pièce trop humide :

les lames font le gros dos, tuilage convexe. Le bois prend l'humidité de la pièce. Démonter quelques lames, mesurer immédiatement l'humidité du support, celle du dessous de la lame, celle du dessus de la lame. Répéter en plusieurs points et consolider les valeurs. Les valeurs du support et du dessous de la lame sont moins important que sur le dessus. Corriger l'humidité ambiante.

En corrigeant les valeurs, le parquet reprendra peut-être sa forme de départ si le dommage n'est pas trop important. Sinon il faudra refaire ou re-poncer.

tropical-woods, votre styliste en parquets

Magasins de parquets à Strasbourg - Colmar - Mulhouse - Molsheim - Vendenheim - Paris - Marseille - Lyon - Grenoble - Lille - Bordeaux - Nantes - Clermont Ferrand - Nice - Cannes - Monaco - Toulon - Montpellier - Toulouse - Rennes - Brest - Lorient - Quimper - Biarritz - Avignon

Les informations ci-dessus sont non exhaustives et sont données à titre indicatif par Tropical-woods.com.

Elles ne se substituent en aucun cas aux documents de référence à savoir les Documents Techniques Unifiés (D.T.U.) n° 51.1 / 51.11 / 51.2 / 51.3 / 52.1 / 53.1 / 53.2 / 57.1 et le Cahier des Prescriptions Techniques d’exécution (C.P.T.) du CSTB ou autres normes en vigueur.